vendredi 8 avril 2011

Sans dessins du Prophète



Après 7 ans d'absence, j'ai enfin un livre en librairie!

Publié en février aux Éditions David à Ottawa, Sans dessins du Prophète a été mis en page de façon magistrale par Anne-Marie Berthiaume, qui produit tous leurs livres.

Il contient 100 dessins couleur, tels que publiés sur le site Cyberpresse, de même qu'une préface de Plantu, caricaturiste au journal Le Monde.

Je tiens à préciser cependant que les citations (à l'endos de la couverture) attribuées à Michel Pagliaro et Yann Martel sont fictives.


Sans dessins du prophète
Éditions DavidGuy Badeaux (BADO)
Collection : Hors collectionGenre : AlbumPublic cible : Tout public124 pagesDate de parution : jan 2011Code : DAV222ISBN : 9782895971658Prix : 22 $



















La publication, il y a cinq ans, des « caricatures » de Mahomet aura enflammé les esprits et rendu plus délicat le travail des dessinateurs de presse. La controverse a trouvé un écho au Québec avec l'adoption du code de conduite à Hérouxville et alimenté le débat sur les accommodements raisonnables.
Heureusement, d'autres sujets ont également inspiré le caricaturiste du quotidien Le Droit. Dans ce recueil qui réunitune sélection de ses meilleurs dessins, Bado aborde aussi les grands moments qui ont marqué l'actualité des dernières années au Québec, au Canada et dans le monde. Plusieurs thèmes y passent : la politique, la religion, l'économie... 
Avec son trait efficace et son humour acide, un peu distancié et très sarcastique, Bado confirme sa place parmi les grands caricaturistes francophones.
« Il y a deux temps dans la lecture du dessin [de Bado] : le plaisir de l'oeil qui se laisse guider par la beauté des couleurs, la simplicité et la délicatesse du trait ; ce n'est qu'après qu'on se surprend à y découvrir les turpitudes de la planète.» 
          PLANTU


Il était temps qu'il sorte un nouvel album !
- Michel Pagliaro


Je vais le poster à Stephen Harper !
- Yann Martel

Un type au talent indéniable. [...] Bado est dérangeant, sans aucun doute. Il met son crayon là où ça fait mal et il appuie dessus! Pour la plus grand plaisir de ses admirateurs. Comme tous ceux de sa profession, Bado nous venge de nos petites misères au quotidien. En particulier celles que nous infligent les politiciens.

Didier Fessou, Le Soleil, 6 février 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire