vendredi 24 janvier 2020

Julie Rocheleau parle cinéma et BD

Sur le site du  Festival BD6NÉ.


Découvrez l'interview de Julie Rocheleau qui nous fait l'honneur de dessiner l'affiche de cette 7e édition du Festival BD6NÉ.

Peux-tu s'il te plaît te présenter en quelques mots ?

Julie Rocheleau, dessinatrice montréalaise. Dans une ancienne vie, je travaillais pour des studios de dessin animé. De nos jours, c’est surtout la bande dessinée qui m’occupe, en collaboration avec des scénaristes et des éditeurs en Europe et au Canada.

Dans les dernières années, j’ai co-signé les albums de la trilogie La Colère de Fantômas (Dargaud 2013-2015), La Petite Patrie (La Pastèque, 2015) Betty Boob (Casterman, 2017) et Traverser l’autoroute (La Pastèque, 2020). 

J’illustre aussi des romans, des affiches, et bricole à l'occasion des fanzines et autres publications maison. J’aime faire de la randonnée (c’est santé), étudier les plantes (c’est nouveau), les oiseaux (en dilettante) et les batraciens (je les aime). 

Mes saisons préférées sont l’hiver, le printemps, l’été et l’automne. Une fois, j’ai couru un marathon, maintenant j’apprends à danser la claquette. Voilà.

Quel est ton film préféré et pourquoi ?

Avant, quand on me posait cette question, pour ne pas avoir à réfléchir, je répondais tout le temps The Shining de Stanley Kubrick, (parce que c’est un super bon film). Maintenant je fais un "effort" et je lance une poignée de titres et de noms qui me passent par la tête sans aucun ordre précis. Go !
  • Fargo des frères Cohen, 
  • les documentaires de la BBC narrés par le grand Sir David Attenborough, 
  • les films de Miyazaki, 
  • les films du Studio 4 °C, 
  • tout ce que j’ai vu d’Agnès Varda, 
  • les classiques de la comédie muette (Chaplin, Keaton, Lloyd), 
  • les courts métrages d'animation de Claude Cloutier, de Paul Driessen, de Diane Obomsawin,
  • Alice de Jan Svankmajer
  • plein de trucs du Studio Soyuzmultfilm, 
  • Léolo et Un zoo la nuit de feu Jean-Claude Lauzon, 
  • 2001 : l’Odyssée de l’Espace de Kubrick, 
  • les vidéos de l’album Biophilia de Björk, 
  • Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau, 
  • Les Plouffe de Gilles Carle, 
  • The Birds d’Alfred Hitchcock, 
  • Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson, 
  • Antigone de Sophie Deraspe, et je m’arrête ici. Pourquoi ? Parce que.

Quelle est ta bande dessinée favorite et tes coups de coeur récents ?


Je vais faire comme pour les films. Go !
  • The Realist (Asaf Hanuka), 
  • This One Summer (Mariko et Jillian Tamaki), 
  • Paul à la Maison (Michel Rabagliati), 
  • Krazy Kat (George Herriman 1880-1944).
  • L’oeuvre de Taiyō Matsumoto
  • La légende des Jean-Guy et Gilles la jungle (Claude Cloutier), 
  • My Favourite Thing is Monsters (Emil Ferris), 
  • tout ce que j’ai lu de Fabcaro,
  • The Case Of The Missing Men (Kris Bertin, Alexander Forbes), 
  • Dream Of The Rarebit Fiend (Winsor McCay), 
  • Lint (Chris Ware), 
  • Calvin & Hobbes (Bill Watterson), 
  • Cul de Sac (Richard Thompson), 
  • Peanuts (Charles M. Schulz), 
  • Fun Home (Alison Bechdel), 
  • French Kiss 1986 (Axelle Lenoir), 
  • tous les trucs de Marion Montaigne, de Kate Beaton, et j'aime bien aussi Winshluss, mais à petites doses, hein...

Comment es-tu passée du cinéma d'animation à la bande dessinée et penses-tu un jour réaliser un film d'animation ?
J’ai déjà réalisé un film d’animation indépendant de 12 minutes, au début de la vingtaine. J’en ai commencé un deuxième ensuite, mais il a depuis été laissé à l’abandon. On faisait tout à la méthode traditionnelle, c’était long… et malheureusement, je n’ai pas ce genre de patience. 

Surtout, le scénario n’arrêtait pas de changer au gré de conseils plus ou moins éclairés que je recevais, au point où je ne savais plus du tout où j'allais.

Peut-être que je recommencerai un jour à faire de l’animation, mais ce serait dans un autre cadre. J’y pense parfois et j’ai quelques petites idées, mais rien de suffisamment concret encore.

La façon dont je suis passé de l’animation à la BD n'est pas une histoire palpitante. On m’a juste offert l’opportunité, un jour, de dessiner une BD : La Fille invisible, sur un scénario d’Émilie Villeneuve, journaliste.


C’était une commande, je l’ai acceptée, j’étais contente. J’ai continué de prendre des contrats en animation pendant encore 2 ans, avant que l’on m’offre d'être dessinatrice pour La Colère de Fantômes

À partir de là, la BD a pris tout mon temps.

Qu'est ce qui t'a inspiré pour la création du dessin de l'affiche du Festival ?

J’ai simplement voulu faire référence à une oeuvre qu’à-peu-près n’importe quel cinéphile pourrait reconnaître.

Il y avait matière à réflexion, mais j’ai finalement choisi la scène de l’horloge, tirée du film Safety Last ! (1923) avec Harold Lloyd, à cause de son importance historique (c’est tout de même l’origine de cette curieuse mode de se suspendre aux aiguilles des horloges géantes) mais, surtout, parce que je l'aime.


via GIPHY

Où peut-on découvrir tes oeuvres et suivre ton actualité ?

Mon site : www.jrocheleau.com
Instagram : www.instagram.com/julierocheleau
Facebook : www.facebook.com/rocheleaujulie/

Merci Julie :)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire