jeudi 21 juin 2012

« La fin du monde ... en caricatures! » (dans Le Journal de Montréal)

Véronique Lauzon dans Le Journal de Montréal.

PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, BEN PELOSSE

Christian Daigle, Terry Mosher alias Aislin (The Gazette), Michel Garneau alias Garnotte (Le Devoir), Christian Vachon et Marc Beaudet (Le Journal de Montréal).

Puisque le calendrier Maya annonce la fin du monde cette année, le musée McCord a eu l’idée de monter une exposition sur le sujet. La fin du monde… en caricatures ! présente 350 œuvres de 16 caricaturistes québécois dont Marc Beaudet du Journal de Montréal.

Le fondateur du musée, David Ross McCord, collectionnait les caricatures. Depuis, l’équipe continue d’ajouter des dessins à cette vaste collection. Aujourd’hui, le musée McCord a plus de 25 000 dessins. Parmi eux, il y a des caricatures des quatre plus grands quotidiens montréalais (dont Beaudet et R. Pier du Journal). 

Sous le thème de la fin du monde, le conservateur Christian Vachon souhaitait mettre en évidence le talent d’ici. « Nous sommes un peuple qui consomme beaucoup de caricatures. Au Canada, la caricature a une meilleure diffusion qu’aux États-Unis. Et il n’y a qu’au Québec, comme dans les émissions du matin à la radio que l’on commente les caricatures de la journée. C’est très rare, ça ne se fait pas ailleurs. C’est qu’il y a une espèce d’engouement au Québec. »

Dans la même veine, Beaudet ajoute  : « lorsque je rencontre des gens, ils me disent tout le temps “la première affaire que je vais voir dans le Journal, c’est la caricature”. Et pas juste dans mon journal, dans tous les quotidiens. Les gens cherchent les caricatures. On aime ça, on aime l’humour. »
Beaudet
Celui qui a gagné à deux reprises (dont l’année dernière) le prix de la meilleure caricature à un des concours les plus prestigieux du pays, le Concours canadien de journalisme, était très heureux de se retrouver au musée aux côtés de confrères qu’il estime beaucoup.
« Nous ne sommes pas beaucoup de caricaturistes. Au Québec, dans le milieu francophone, je crois que nous sommes cinq ou six. Dans le Canada, nous sommes une trentaine. Et nous avons une association, l’association canadienne des caricaturistes. Il y a beaucoup de respect entre nous », explique Beaudet.
Des seize caricaturistes présents dans cette exposition, il y a aussi Chapleau, Garnotte, Godin et Aislin. 
La fin du monde prend plusieurs sens dans cette exposition. Entre autres, il y a les événements tragiques comme le 11 septembre 2001, il y a des fins du monde politiques, et aussi, la destruction de notre planète. Les 350 œuvres sont ainsi divisées en six zones. 
« Gros défi »
Beaudet aime créer à partir d’un événement malheureux ou dramatique, puisque ça amène son lot de défis. « Je dirais que c’est ceux que j’aime le plus faire. Ça peut paraitre bizarre, mais c’est un plus gros défi. Quand un sujet est délicat, comme un sujet qui touche à la guerre, à des enfants ou à de la violence, c’est un gros défi pour le caricaturiste. »
Le musée ne cache pas son désir d’attirer les touristes avec une exposition qui s’intéresse aux événements internationaux, et non pas uniquement, aux événements provinciaux.
 « C’est une exposition qu’on lance pour notre programmation estivale. Et, à ce moment de l’année, notre clientèle est principalement touristique. Surtout européenne et américaine. Les Montréalais, l’été, ils ne visitent pas les musées. »
« Alors, si on avait trop parlé de politique locale, il aurait fallu contextualiser. On n’avait pas envie de faire ça », nous dit Christian Vachon, conservateur Peintures, estampes et dessins au Musée McCord.
Le vent de fraîcheur
Plusieurs visiteurs pourraient être surpris de voir une telle exposition au Musée McCord. En effet, le musée a décidé de faire peau neuve et de se donner une mission plus internationale.
« Depuis deux ans, le musée a un peu changé son identité. Il s’ouvre sur le monde. C’est dans le cadre de ce changement là que cette exposition peut s’inscrire. »

• La fin du monde... en caricatures ! est présentée jusqu’au 26 janvier 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire